LITTÉRATURE

Les héritiers #1 : La princesse de papier – Erin Watt

26 janvier 2018 / 14 Commentaires

La princesse de papier est l’une de mes premières lectures de l’année, qui m’a totalement transporté. Cette sensation d’être ailleurs, ancrée avec les personnages, m’a rappelé mes lectures de After ou encore des Marked Men. Ces lectures remontent un peu, mais sur le coup, j’avais ressentis tellement de choses. J’y ai repensé des jours après et au final, elles ont été un véritable coup de coeur. Là encore, je suis impatiente que cette folie reprenne et je suis sûre à 100% que c’est plus qu’un coup de coeur. Mon compte en banque ne va pas être d’accord, mais tant pis, les économies ne sont pas pour cette année car l’achat des tomes à venir est quasi vital pour moi.

Ce livre traite de plusieurs sujet assez importants. La société dans laquelle ont vit, le regard d’autrui est assez pesant, mais les gens aiment être jaloux de tout et n’importe quoi ou aiment voir le mal partout alors que çela n’a pas lieu d’être. Surtout que Erin Watt dépeignent avec réalisme comment peuvent être et/ou sont les jeunes dans la vraie vie à ce stade de leur fin d’adolescence. De plus, la majeure partie des romances New Adult comportent des personnages avec un passé plus ou moins douloureux et complexe. Certes, cela ne peut pas plaire à tout le monde, mais c’est un moyen pour le lecteur de se rapprocher des personnages et de les comprendre dans leurs décisions. Les auteurs n’écrivent pas un roman pour choquer, mais simplement dans le but de mettre en garde, et ainsi faire réfléchir les lecteurs sur leurs actes ou leur façon de voir les choses.

Comme on dit : « chacun ses goûts et ses convictions », mais La princesse de papier n’a rien de choquant puisqu’il contient pratiquement les mêmes ingrédients qu’alimentent chaque auteur de romance New Adult. Il n’a rien à envié aux autres romances du genre et si une personne ne se sent pas capable de lire ce style de romans, qu’elle passe son chemin. On est loin de l’image du « viol, incitation à l’alcool et aux drogues » dans ce livre. Bien au contraire, il est soft avec une écriture très addictive, comparé à d’autres qui sont dix fois pires. Surtout quand l’éditeur n’avertit à aucun moment son lectorat des scènes explicites qui peuvent choquer. Et ce n’est sans compter les magasins qui ne savent même pas ranger correctement un livre dans le bon rayonnage, alors qu’il pourrait heurter la sensibilité des jeunes lecteurs. Il ne faut pas juger ce livre de part une scène, mais dans sa globalité et surtout pour les sensations qu’il nous a transmit. Je pense qu’on doit être assez ouvert d’esprit et savoir peser les points positifs comme ceux négatifs de ce que cette lecture a apporté, afin d’avoir un avis personnel.

Ella est une héroïne comme je les aime qui a son fort caractère et une très bonne répartie. Son adolescence difficile n’est qu’un cap dans ce qu’elle va vivre auprès de la famille Royal mais elle ne regrette pas ses choix, car à ce moment-là elle ne pouvait pas faire autrement. Elle a fait de son mieux, tout comme sa mère avant de mourir du cancer, pour subvenir à ses besoins. Même si nous, lecteurs, on n’aurait certainement pas eu le courage d’en faire autant. Vivre avec la famille de Callum Royal c’est pour elle un moyen de s’en sortir pour tenter d’avoir son diplôme et une vie normale à l’avenir. Cependant, les cinq fils de Callum ne vont pas se gêner à lui en faire voir de toutes les couleurs, mais Ella n’a pas dit son dernier mot car elle a toujours la bonne réplique pour les mettre dans tous leurs états. Rien que ça, ça vaut le détour pour des moments de bidonnages assurés ! Surtout qu’Ella comprend très vite qui est le cerveau de la fratrie et réagit pour les faire culpabiliser, afin d’avoir une petite longueur d’avance sur eux.

De plus, Ella remarque bien que Callum n’est pas du tout la figure paternelle idéale puisqu’il préfère passer son temps à travailler plutôt qu’être à la maison. Parler avec lui lui permet de comprendre un peu ce qu’il se passe dans leur famille et on sent ce sentiment de regret, de culpabilité qui le ronge de ne pas avoir été là quand sa femme et ses fils en avaient le plus besoin. Aujourd’hui, ses fils préfèrent vivre comme ils l’entendent. Ella sait que les frères Royal sont jaloux des moments qu’elle passe avec Callum, mais ils sont trop fiers pour se l’avouer. En avançant dans le roman, les frères vont la découvrir sous un autre jour et je ne saurais pas te dire lequel d’entre Reed et Easton j’ai préféré, car à ce stade, ils sont sur le même pied d’égalité. Peut-être que j’aurais une réponse à te donner dans ma chronique du prochain tome. Une chose est sûre, Ella éprouve une très grande attirance pour l’un d’eux.

Derrière le pseudo d’Erin Watt, se cache deux auteurs de romance NA très talentueuses. Tu y retrouves la célèbre Elle Kennedy qui a écrit les Off-Campus et Jen Frederick qui n’est pas encore traduite en France pour le moment. J’ai beaucoup aimé le rythme qu’elles ont donné à ma lecture, avec tous ces rebondissements aussi fous les uns des autres. Je ne te parlerais pas de la fin de malade qu’elles nous ont pondu, car je n’ai pas les mots pour expliquer ma tête quand j’ai lu cela. Je suis déjà assez impatiente comme ça pour devoir en rajouter une couche. Erin Watt ont su me prendre dans l’histoire d’Ella, son quotidien tantôt sombre et sa presque renaissance en faisant partie de la famille Royal. Cela fait presque écho au conte de Cendrillon ou encore au choc des classes sociales qui est très présent dans notre société par moments, ainsi que dans le livre.

La princesse de papier contient tous les éléments d’une bonne romance NA. J’ai encore quelques points d’ombre sur les frères Royal et aussi, si leur famille détruite va réussir à pardonner les erreurs de chacun. J’espère avoir les réponses dans les prochains tomes. Ne te fies pas aux apparences et à tout ce que tu entendras sur ce livre, toi seule pourra dire si tu aimes ou pas. Ne laisse pas des avis t’influencer dans ta lecture. Si tu as lu After, Marked Men, Infinite Love, Jeu de Patience ou encore les Off-Campus, La princesse de papier reste dans la même lignée que ces romances, que j’ai tout particulièrement adoré du début à la fin, alors tu ne pourras qu’adhérer je pense.


La Princesse de papier, Erin Watt – Hugo & Cie, 471 pages – 17.00€

*Je remercie les éditions Hugo & Cie pour m’avoir permis de lire ce roman

Vous aimerez aussi

14 Commentaires

  • Répondre Steph* 26 janvier 2018 at 13 h 37 min

    J’avoue que je ne suis vraiment pas attirée par cette histoire. Cependant, ton avis me fais douter, alors peut-être qu’en effet, je pourrai y venir!

    • Répondre Justyne Blog 26 janvier 2018 at 13 h 56 min

      😉 C’est à toi de voir. Après tu peux attendre que la fougue autour du livre retombe, ça te « stressera » moins.
      Si tu sautes le pas, dis-le-moi :p

  • Répondre surmatabledenuit 26 janvier 2018 at 20 h 17 min

    Je me laisserais peut être tenter quand il sortira en poche !!!

    • Répondre Justyne Blog 26 janvier 2018 at 20 h 39 min

      Oui l’effet de vague sera redescendu d’ici là. Même si une sortie poche risque de faire parlé encore plus. Par contre je me demande chez quels éditeurs poche ça sortira…. je vois bien Hugo Poche ou Le Livre de Poche

  • Répondre Gabrielle Viszs 26 janvier 2018 at 20 h 34 min

    J’ai un peu de mal avec le résumé, je ne sais pas, même si tu as beaucoup aimé. Je verrais plus tard 🙂

    • Répondre Justyne Blog 26 janvier 2018 at 20 h 40 min

      Après si tu as peur de te lancer à cause du résumé, attends un peu histoire que la tension redescende puis lances-toi sans te poser de questions. Tu verras au court de ta lecture si tu accroches ou pas. Merci pour ton petit mot 😉

      • Répondre Gabrielle Viszs 26 janvier 2018 at 20 h 44 min

        C’est la première fois que je le vois, donc je vais déjà terminer tout ce que j’ai et je verrai plus tard 🙂

  • Répondre lheuredelire 27 janvier 2018 at 17 h 43 min

    Ca a l’air tout sympa !

    • Répondre Justyne Blog 29 janvier 2018 at 19 h 47 min

      oui ça l’est 😉 J’ai tellement hâte d’être Jeudi pour enfin avoir le tome 2 entre mes mains l’attente est tellement longue.

  • Répondre Les lectures de la Diablotine 29 janvier 2018 at 21 h 20 min

    Je l’ai mis sur ma WL depuis le début ! Je verrai si je me l »achète au SDL 😉

  • Répondre Melly's Book 1 février 2018 at 7 h 54 min

    Je ne connaissais pas ce roman, mais il a l’air sympa.

    • Répondre Justyne Blog 1 février 2018 at 16 h 55 min

      Je n’étais pas au courant de sa sortie avant le mois dernier dès que je l’ai vu en faisant mes courses. C’est rageant intérieurement d’avoir ce chic, de regarder le rayon livres quand j’y vais. Je ne regrette absolument pas mon achat & ma lecture. Je viens tout juste de récupérer le tome 2 à ma librairie. Reviens-me donner ton avis si tu t’es laissée tenter !

    Laisser un commentaire